«Sur TikTok, on touche les jeunes»

L’Aide et soins à domicile est peu présente sur TikTok. Les organisations grisonnes d’aide et de soins à domicile font exception et ne craignent pas la critique.

KM. 94 % des entreprises et organisations suisses utilisent les médias sociaux, «mais avec peu d’innovation et de dialogue». C’est ce qui ressort de l’étude «Médias sociaux Suisse», publiée en décembre 2022 par l’agence bernoise Bernet Relations et la Haute école zurichoise des sciences appliquées (ZHAW). Celle-ci révèle que la plateforme TikTok, en plein essor, reste rarement employée à des fins commerciales. En été 2022, les organisations grisonnes d’aide et de soins à domicile (ASD) ont décidé de braver ces résultats: dans le cadre d’un projet pilote de 2 ans et demi, elles ont commencé à exploiter TikTok de façon systématique, ce qui est rare dans la branche. «Nous avons opté pour TikTok en plus de Facebook et LinkedIn, car on peut y toucher des jeunes qui sont sur le point de choisir une profession», explique Monika Schnoz, responsable de projet et co-directrice de l’Association cantonale grisonne d’ASD. Pour le financement et l’organisation de la présence sur TikTok, l’ASD s’est associée aux établissements médico-sociaux (EMS) grisons dans le cadre de leur campagne d’image commune «I love my job». «Dans le canton des Grisons, les EMS et l’ASD se considèrent comme des partenaires ayant un objectif commun: attirer davantage de jeunes vers les soins.» Désormais, le compte TikTok «Spitex Pflegeheime Graubünden» compte déjà 2327 abonnés [état au 07.02.2023].

Les jeunes s’adressent aux jeunes
La portée, le travail sur l’image et la visibilité sont, selon l’étude, les objectifs principaux de l’utilisation des médias sociaux par les entreprises. «Nous voulons accroître notre notoriété et améliorer encore l’image des soins de longue durée grâce à notre présence sur TikTok», détaille Monika Schnoz. Comme les jeunes se sentent plus concernés quand leurs pairs s’adressent à eux, la responsable du projet a confié l’exploitation de TikTok aux jeunes propriétaires de l’agence zurichoise Finna. Les vidéos diffusées sur le canal donnent la parole à de jeunes employés des soins, dont Silas, 17 ans, ambassadeur de l’ASD. En deuxième année d’apprentissage d’ASSC, il est apparu pour la première fois sur TikTok en novembre 2022: il a récolté plus de 2000 «j’aime» en montrant comment enfiler des bas de contention. Depuis, il a évoqué, dans d’autres vidéos, la solitude de ses clientes et clients – et le fait qu’il souhaiterait voir plus d’hommes dans les soins. «Nous avons délibérément choisi un homme comme ambassadeur afin de montrer que ce métier convient aussi aux hommes.» 

Tant qu’ils restent corrects, les commentaires critiques sont laissés, comme ceux qui déconseillent un apprentissage dans les soins, notamment en raison des conditions de travail. «La discussion sur les conditions de travail doit pouvoir avoir lieu sur notre profil. Nous voulons donner une image réaliste des soins infirmiers afin que chacun puisse réfléchir si c’est ce qui lui convient», souligne Monika ­Schnoz. Dans l’une des vidéos, Silas fait ouvertement référence aux commentaires négatifs et explique qu’il vit autrement les conditions de travail au sein de l’ASD. A celles et ceux qui doutent de ses propos, il leur conseille de postuler pour un stage. 

Le succès du canal est analysé en permanence. «Nous sommes très satisfaits des réactions externes à notre présence sur TikTok, avec déjà plus d’un demi-million de vues», dit Monika Schnoz. «L’effet à l’interne est aussi d’une importance capitale: les retours laissent à penser que notre présence sur TikTok peut contribuer à la fierté professionnelle et au sentiment d’appartenance au sein de nos organisations, ce qui est très réjouissant.»

Monika Schnoz au sein de la «rédaction élargie»
Monika Schnoz est co-directrice de l’Association cantonale grisonne d’aide et de soins à domicile conseillère en communication. Elle est désormais melde de la «rédaction élargie» du «Magazine ASD». Ce comité est composé de respésentantes er représentants de différentes associations cantonales d’ASD qui conseillent la rédaction, examinent le magazine et participent au choix des sujets. La rédaction de réjouit de collaborer avec Monika Schnoz.

Plus d’articles

A lire

Regards multiples sur la vieillesse RED. Qu’est-ce que l’avancée en âge? «Aux un...

Réduire les départs à la retraite dans les soins

Le Conseil fédéral a informé sur la manière dont il souhaite aborder la 2e étape...

Soins psychiatriques à domicile: Lucerne affronte l’avenir

L’Association cantonale lucernoise d’aide et de soins à domicile a élaboré une s...