3 min 9 juillet 2024 «Aperçu»

L’Aide et soins à domicile veille à la sécurité des déambulateurs et des cannes

Les freins usés des déambulateurs ou les vis desserrées des cannes représentent un danger pour beaucoup de clients et clientes de l’Aide et soins à domicile (ASD). C'est pourquoi l’ASD de Uster organise deux fois par an un contrôle de sécurité des déambulateurs.

KM. Dans de nombreux endroits, l’ASD se préoccupe également du bien-être et de la sécurité de la population en dehors de sa mission principale. A Uster, elle veille par exemple à ce que de nombreuses personnes ne risquent pas de tomber à l’extérieur de leur domicile: depuis une dizaine d’années, l’ASD Uster propose un contrôle de sécurité pour les déambulateurs et les cannes. «La demande pour ce type de contrôle est de plus en plus importante, comme le montre le nombre de visiteurs lors de ces occasions», explique Jsabelle Gutknecht, responsable de l’économie domestique et des services au sein de l’ASD Uster. En collaboration avec des partenaires comme la police municipale d’Uster et la Croix-Rouge suisse (CRS), l’ASD propose même ce contrôle deux fois par an depuis 2023, au lieu d’une seule fois

Selon Jsabelle Gutknecht, ce qui n’était autrefois qu’un simple contrôle de déambulateurs s’est transformé en un événement social, «qui offre aussi la possibilité d’échanger autour d’un café et d’un gâteau – pendant l’attente du contrôle et après.» En outre, les visiteuses et les visiteurs peuvent désormais s’informer sur différents moyens auxiliaires disponibles dans la boutique de l’ASD. Ils peuvent également recevoir des conseils des partenaires de l’ASD sur divers thèmes tels que la sécurité routière, l’escroquerie «aux petits-enfants» et les systèmes d’appel d’urgence.

L’ergonomie, également contrôlée
Le dernier contrôle de sécurité pour les déambulateurs en tout genre a eu lieu le 21 mars 2024, accueillant 45 à 50 visiteuses et visiteurs. 30 des déambulateurs et cannes contrôlés nécessitaient une réparation, dont 26 ont pu être réparés «de manière ambulatoire» et quatre ont dû être envoyés dans une «clinique pour déambulateurs» pour des travaux plus complexes: L’ASD collabore avec Rehab GmbH, qui remet en état les déambulateurs nécessitant des réparations importantes dans un atelier à Wallisellen (ZH).

Les défectuosités les plus récurrentes sont les freins usés, les vis desserrées et les roues abîmées.

Jsabelle Gutknecht

Aide et soins à domicile d’Uster


Les visiteuses et les visiteurs paient 10 francs pour le contrôle; avec des frais supplémentaires pour le matériel de réparation éventuel. Quels sont les problèmes les plus fréquents que le contrôle de sécurité permet de résoudre? Tout d’abord, les aides à la marche sont réglées individuellement de manière ergonomique: «L’erreur la plus courante est une hauteur de poignée trop élevée ou trop basse», rapporte Jsabelle Gutknecht. «Souvent, cela est dû à un achat en ligne ou auprès d’un fournisseur bon marché, où le conseil aux acheteurs n’était pas inclus.» Ensuite, les spécialistes corrigent diverses défaillances aux conséquences potentiellement graves: «Les défectuosités les plus récurrentes sont les freins usés, les vis desserrées et les roues abîmées. Ces défauts représentent tous un risque considérable pour les utilisatrices et les utilisateurs de cannes et de déambulateurs. C’est pourquoi nous sommes d’autant plus heureux de pouvoir contribuer à leur élimination.

Ils ont participé au contrôle de sécurité: Martin Lindner, police municipale d’Uster (de gauche à droite), Mme Bänziger, cliente, Andrea Vollenweider, Croix-Rouge suisse du canton de Zurich, Rahel Bühler, Aide et soins à domicile d’Uster. Photo: màd

Plus d’articles

La «pièce des horreurs» rend les soins à domicile plus sûrs

La «pièce des horreurs», conçue par l’experte en soins Andrea Käppeli, permet au personnel de l’Aide et soins à domicile de se forme...

Journée Aide et soins à domicile: l’AVASAD y a aussi participé

Plusieurs associations et fondations régionales de l’Association vaudoise d’aide et de soins à domicile (AVASAD) ont mené des action...

Dernier voyage depuis l’Ukraine

Gravement malade, Madame M. a fui la guerre pour se réfugier en Suisse. L'Ukrainienne, qui souffrait d'un cancer du sein avancé, a é...