Un premier entretien et 50 questions sur sa liste

Domenik Bösch est conseiller en assurances chez Allianz Suisse. En entretien avec le «Magazine Aide et soins à domicile», il révèle les points à ne pas négliger lors du choix de leurs produits d’assurance.

Domenik Bösch, conseiller en assurances d’Allianz Suisse, se rend à vélo chez ses clientes et clients. Photo: Susanna Nüesch

DANIEL SCHRIBER. Corps entraîné, cheveux courts style sportif, attitude décontractée. Non, Domenik Bösch ne ressemble vraiment pas à un «agent d’assurance typique». Et cela convient parfaitement à ce quadragénaire. Sa devise: «Sois authentique, n’imite personne.» Cela inclut également le courage de se démarquer des autres dans le quotidien professionnel. Il connait bien sûr les stéréotypes habituels. De l’assureur qui, en tenue chic essaie de vendre aux clients et clientes des produits d’assurance parfaitement inutiles. «J’essaie de prouver chaque jour qu’il s’agit de préjugés», déclare le conseiller à la clientèle privée, prévoyance et entreprises d’Allianz Suisse. Il est rare que Domenik Bösch, responsable pour la région de Saint-Gall et du Toggenburg, travaille en complet-veston. Son explication est logique: «Si j’arrive en cravate chez un client qui gère une ferme dans le Toggenburg, je perds toute crédibilité.»

Une boussole dans la jungle des assurances
Il se défend également contre le préjugé qu’un assureur ne tente de vendre que des prestations hors de prix: «Franchement, l’honnêteté est la meilleure des politiques, j’en suis convaincu.» Au centre de ses préoccupations sont ses clientes et clients, leurs besoins et objectifs individuels. «Mon but est de leur montrer – d’une manière facile à comprendre – un chemin à travers la jungle de l’assurance.» Cependant, facile à comprendre ne signifie pas d’arriver avec une demande d’assurance déjà préparée. Bien au contraire: «J’essaie toujours de développer la meilleure solution avec la cliente ou le client.» Son succès lui donne raison: Domenik Bösch est l’un des meilleurs collaborateurs d’Allianz Suisse. Cette année, il a obtenu la 34e place parmi plus de 1000 consultants. Pour rester l’un des meilleurs, il mise sur la formation continue. Le diplôme fédéral de conseiller en assurance déjà en poche, il suit maintenant une formation pour devenir planificateur financier fédéral.

Maçon, sergent, conseiller en assurance
Le parcours de Domenik Bösch le distingue également de ses collègues. Il vient d’un domaine complètement différent. Après son apprentissage de maçon, il poursuit pendant plusieurs années une carrière dans l’armée. L’envie d’un nouveau défi l’a finalement conduit chez Allianz. C’était il y a 14 ans. «Pour un représentant, cela correspond à une période assez longue», dit ce père de deux enfants. Cela ne veut pas dire qu’il songe à prendre sa retraite. Qu’aime-t-il particulièrement dans son travail? Né dans le Toggenburg, il réfléchit un instant – puis dit: «Je suis un philanthrope, un vrai philanthrope.» Cela tombe bien. Jour après jour, il rencontre une grande variété de personnes, des universitaires, des collaborateurs, des agriculteurs, des artisans et bien d’autres. Cette diversité rend son travail passionnant et stimulant à la fois. Ainsi, Domenik Bösch souligne: «Dans mon travail, il n’y a pas de solutions banales.» Et c’est la grande flexibilité dans son quotidien qu’il apprécie particulièrement. «Mon emploi allie la liberté de l’indépendance à la sécurité d’un emploi salarié. C’est la combinaison idéale pour moi.» L’une de ses tâches les plus importantes est de poser des questions. «Il est important que les clientes et les clients connaissent les détails de nos services, pourquoi ils paient des primes et quels risques sont exclus.» Lors d’un premier rendez-vous avec une cliente ou un client potentiel, Domenik Bösch a toujours avec lui une liste d’environ 50 questions. «C’est ainsi que je découvre ce qui motive la personne et quels sont ses besoins.»

«Une bonne protection juridique est indispensable»
Il est également important pour les organisations d’aide et de soins à domicile et leurs collaboratrices et collaborateurs d’être bien positionnés en matière d’assurance: «C’est la personne qui doit toujours être au centre des préoccupations lors du choix des produits d’assurance. Cela est valable lors du choix de l’assurance accident jusqu’aux solutions en matière d’indemnités journalières maladie.» La prévoyance professionnelle est également un sujet important. Lors du choix d’un produit d’assurance, la situation démographique joue un rôle particulièrement important. En d’autres termes, «cela fait une grande différence que la majorité des personnes travaillant dans une entreprise soient jeunes, pères et mères ou des salariés de plus de 50 ans.» L’expert juridique et professeur Hardy Landolt a mentionné un autre sujet important dans une édition précédente du Magazine Aide et soins à domicile (4/2022): afin de se protéger des poursuites en raison de violations des droits des patients, l’assurance (collective) de protection juridique pour les organisations d’aide et de soins à domicile est essentielle, en complément de l’assurance responsabilité civile. Ce que Domenik Bösch confirme. «Une bonne assurance de protection juridique est primordiale pour les organisations du secteur de la santé. Car si une affaire judiciaire survient, les coûts augmentent rapidement de manière incommensurable. Une somme d’assurance élevée est donc recommandée». Ce sont ce genre de sujets que le consultant aborde régulièrement avec ses clientes et ses clients. Son conseil: «Vérifier régulièrement si le portefeuille d’assurances existant est utile. Cela vaut aussi bien pour les entreprises et les organisations que pour les parti­culiers.» Cependant, Domenik Bösch n’encourage pas seulement sa clientèle de rester informée, il s’efforce également de le faire lui-même. Un exemple: «Même si je privilégie le contact personnel, je continue à me former en matière d’informatique.» Il reste néanmoins convaincu que «la machine ne remplacera pas l’être humain avant longtemps». En parlant de technologie, en particulier dans le domaine de la cybersécurité, les
entreprises peuvent prendre de bonnes précautions aujourd’hui. Selon Domenik Bösch, ceci est aussi un besoin urgent. «Les PME sont souvent moins bien protégées que les grandes entreprises», explique-t-il. «Ces entreprises sont donc les premières victimes.» C’est précisément la raison pour laquelle Allianz Suisse élargit constamment sa gamme de produits dans le domaine de la cyberassurance.

En discutant avec Domenik Bösch, on comprend que son engagement est toujours total. Et ceci aussi en dehors de son activité professionnelle: Pour compenser après une journée mentalement exigeante, il adore se dépasser en pratiquant une activité sportive. Parfois accompagné par sa conjointe, parfois seul sur la route. «Un tour en vélo ou des exercices intensifs dans mon centre de fitness m’insuffle l’énergie nécessaire pour le lendemain.»

Depuis janvier 2022, Allianz Suisse est un partenaire premium d’Aide et soins à domicile Suisse (www.allianz.ch). Allianz Suisse soutient Aide et soins à domicile Suisse intensivement, notamment lors de la numérisation du Magazine Aide et soins à domicile. Grâce au partenariat premium, le personnel d’Aide et soins à domicile Suisse bénéficie de conditions préférentielles pour les polices d’assurance existantes et nouvelles. Plus d’informations sur l’Extranet d’Aide et soins à domicile Suisse.

Plus d’articles

L’ASD soigne aussi la psyché

KATHRIN MORF. L’Aide et soins à domicile fournit de plus en plus de soins psychi...

Un modèle opérationnel composé de quatre modèles d’équipe

En février 2024, l’organisation d’aide et de soins à domicile (ASD) de la ville ...

Un aperçu passionnant de la vie quotidienne de l’Aide et soins à domicile

Lors de la première ‘Semaine des professions de santé’ de Suisse centrale, de no...