Signature d’une déclaration commune

La CDS, les associations d’employeurs, les associations professionnelles et les syndicats se sont mis d’accord sur des principes communs.

RED. Le système de santé suisse, et en particulier le domaine des soins, sont en proie à une importante pénurie de personnel qualifié. Certes, le nombre de formations a augmenté et la première étape de la mise en œuvre de l’initiative sur les soins infirmiers vise à promouvoir davantage la formation. Il ne sera toutefois guère possible de satisfaire aux besoins par la seule augmentation du nombre de diplômes. Il convient aussi de s’efforcer de maintenir le personnel de soins et d’accompagnement dans la profession. Face à de tels défis et dans l’optique d’une poursuite de la mise en œuvre de l’initiative, la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS), les associations d’employeurs (H+, ARTISET et CURAVIVA, Aide et soins à domicile Suisse, senesuisse, Association Spitex privée Suisse ASPS) ainsi que les associations professionnelles et les syndicats (ASI, Syna, Unia, SSP) ont signé une déclaration commune.

Parmi les principes de cette déclaration figure une mise en œuvre rapide de l’offensive de formation par les cantons à partir de l’entrée en vigueur de la loi fédérale en été 2024. En tant qu’organes de régulation et responsables du financement, les cantons assument aussi une responsabilité en matière de conditions-cadres. Les employeurs et les partenaires sociaux sont responsables de la mise en œuvre dans les établissements. Les associations professionnelles, elles, encouragent la diffusion de mesures qui contribuent à une plus grande satisfaction au travail. Il s’agit notamment d’améliorer les horaires de service ou d’instaurer une culture de direction valorisante.

Des salaires conformes aux exigences, une compensation du renchérissement, des indemnités, une extension des structures d’accueil extrafamilial et une dotation en personnel adaptée sont indiqués. Ces principes peuvent entraîner une augmentation des frais de personnel, ce qui, avec le renchérissement, aggrave encore la situation financière tendue des établissements. Il est nécessaire d’adapter les systèmes tarifaires afin que le renchérissement puisse être pris en considération. La Confédération, les cantons, les assureurs et les fournisseurs de prestations sont invités à rechercher, avec les partenaires sociaux, des solutions aux problèmes de financement actuels et à long terme, aux problèmes d’approvisionnement dans le secteur de la santé.

Dans le financement des soins, la Confédération est invitée à augmenter rapidement et de manière adéquate la contribution fixe des assureurs-maladie aux prestations de soins. Quant aux cantons, il leur est recommandé d’adapter leur financement résiduel pour que les mesures nécessaires à l’amélioration des conditions-cadres puissent être mises en œuvre. Les mesures décrites ne peuvent pas être mises en œuvre simultanément et les signataires mettront l’accent sur des points différents, mais une base est créée pour relever ensemble les défis.

La déclaration complète est disponible sous «News» sur www.spitex.ch.

Plus d’articles

L’ASD soutient l’environnement et le climat

L’Aide et soins à domicile de la ville de Lucerne s’engage en faveur du développ...

Comment l’ASD protège et sécurise ses données

La nouvelle loi nationale sur la protection des données est entrée en vigueur le...