L’IMAD face à la complexité

L’institution genevoise de maintien à domicile (IMAD) jouit d’une expertise en matière de complexité. Catherine Busnel, responsable de l’unité recherche et développement, met ici en lumière les outils développés pour aider les professionnels de l’aide et des soins à domicile à mieux appréhender les situations complexes, à l’instar du COMID.

Le COMID est un outil rapide et précis utilisé pour mesurer la complexité des prises en soins à domicile. Illustration: IMAD

FLORA GUÉRY. Situation non complexe, à risque de complexité ou complexe? Repérer et évaluer la complexité dans le contexte des soins à domicile n’est pas une tâche aisée. «A l’IMAD, il y a quelques années, nous avons été interpellés par le fait que les infirmières évoquaient des situations de plus en plus complexes tout en ayant le sentiment qu’il était difficile d’évaluer ces situations avec précision», explique Catherine Busnel, responsable de l’unité recherche et développement à l’institution genevoise de maintien à domicile (IMAD). «C’est l’une des raisons qui nous a incités à travailler de manière très active à partir de 2016 sur cette thématique de la complexité, afin de pouvoir leur apporter des réponses, et ainsi mieux les outiller et les former», ajoute l’infirmière de profession.

Selon la Haute Autorité de Santé (HAS) en France, une situation complexe peut être définie comme «une situation dans laquelle la présence simultanée d’une multitude de facteurs, médicaux, psychosociaux, culturels, environnementaux et/ou économiques sont susceptibles de perturber ou de remettre en cause la prise en charge d’un patient, voire d’aggraver son état de santé» 1. L’HAS a recensé de nombreux facteurs pouvant contribuer à «complexifier» une situation: isolement social, maladie psychiatrique, comorbidité, absence ou épuisement du proche aidant, multitude d’intervenants, résistance ou opposition aux soins ou encore problème d’assurance. Se basant sur la définition de la HAS, l’unité recherche et développement de l’IMAD a développé un instrument d’aide au repérage et d’évaluation de la complexité: le COMID 2. Elaboré en fonction des besoins du terrain, il vient compléter d’autres outils cliniques d’évaluation globale tels que l’instrument interRAI HCSuisse.

Fonctionnement du COMID
Le COMID est un questionnaire de 30 items répartis en six domaines: santé médicale, environnement socio-économique, santé mentale, facteurs comportementaux, instabilité et système de soins. «L’intégration de la notion d’instabilité était pour moi très importante, car c’est un des éléments de la complexité qui peut déséquilibrer l’ensemble des facteurs. C’est pourquoi nous avons fait le choix d’en faire un domaine à part entière», précise la responsable de l’unité recherche et développement. A noter que l’étude sur l’intensité des prestations de soins à domicile (aussi appelée «étude sur la complexité»), réalisée par la Haute école zurichoise de sciences appliquées (ZHAW) (voir article) et à laquelle l’IMAD a contribué, a confirmé la pertinence de considérer l’instabilité comme le vecteur central de la complexité.

Concrètement, le COMID permet de détecter les éléments de complexité problématiques au moyen de questions fermées (non = 0 et oui = 1) de manière rapide. «Le formulaire est remplissable en moins de deux minutes», précise Catherine Busnel. Une fois la grille d’évaluation remplie, un score est comptabilisé, allant de 0 à 30. Le score obtenu ne correspond pas à un degré de complexité en tant que tel, mais il peut être utilisé pour repérer une situation potentiellement complexe et initier une analyse approfondie. Le COMID permet ainsi de synthétiser les éléments de complexité d’une situation et d’analyser son niveau de stabilité/instabilité. Il peut servir en outre de support d’échanges entre professionnels des soins et constitue une aide à la mise en place d’actions personnalisées, ciblées et multidisciplinaires. Actuellement, 670 infirmières et infirmiers de l’IMAD l’utilisent dans leur routine. «Depuis une année, l’ensemble des professionnels de l’IMAD de niveau bachelor, notamment les ergothérapeutes, les diététiciennes et les travailleurs sociaux, ont été formés à la complexité et à la coordination interprofessionnelle en mobilisant aussi le COMID», indique Catherine Busnel. 

Le COMID est disponible en français, en allemand, en italien et en anglais (en version papier et électronique). Son utilisation est déjà effective dans plusieurs établissements de santé en Suisse romande et au Tessin, mais aussi en France, en Italie, en Belgique et au Canada. «Venant moi-même du terrain, il était important pour moi que le COMID soit un outil simple, pertinent, utilisable et utilisé», souligne celle qui travaille dans le domaine des soins à domicile depuis vingt ans. Une étude menée en 2018 auprès d’un échantillon d’infirmières a d’ailleurs prouvé sa très bonne acceptabilité avec un taux de 100 % de recommandation.

Un symposium sur la complexité

L’institution genevoise de maintien à domicile (IMAD) a organisé le 18 janvier 2024 un sym­posium dont le titre était «Quelle place pour la complexité dans le maintien à domicile?». La journée été marquée par une série de présentations et par de riches échanges interprofessionnels. Plus de 80 professionnels de la santé et des soins étaient présents, soulignant ainsi la nécessité d’aborder la complexité de manière interdisciplinaire. Les présentations ont permis aux participants de mieux comprendre la définition de la complexité dans le contexte des soins, de faire la distinction entre complexité et fragilité ou encore de découvrir les outils disponibles pour identifier et évaluer la complexité dans les prises en charge – en particulier, le COMID. Des questions telles que l’intégration de la complexité dans les équipes de maintien à domicile et le rôle du patient dans les soins ont également été abordées lors d’ateliers participatifs. Un article sur le sym­posium a été publié sur le magazine web du «Magazine Aide et soins à domicile»

www.spitexmagazin.ch/fr/la-complexite-­
au-coeur-dun-symposium

Un guide et un outil complémentaires au COMID
En complément du COMID, il a été développé, dans le cadre de l’étude fraXity, un autre outil d’évaluation de la complexité à destination du ­patient ou de la patiente. Il s’agit du COMID-P 3 («P» pour «patient·e»), sous forme de formulaire papier, qui est également court et facile à compléter. L’idée derrière un tel questionnaire, disponible uniquement en français, est de considérer le point de vue du patient ou de la patiente, en tant que partenaire des soins, sur sa propre situation. «Le COMID-P est encore peu utilisé, mais nous menons un travail à l’interne pour promouvoir cet outil», déclare Catherine Busnel. Avant d’affirmer: «En favorisant la participation active de la patiente ou du patient, les évaluations COMID et COMID-P ont l’avantage de mettre en avant les convergences et les divergences de vision de la situation, il est un outil pouvant contribuer à améliorer la communication et, par conséquent, la qualité des soins en établissant une compréhension partagée de la situation.» 

Catherine Busnel est également à l’origine d’un outil complémentaire au COMID et au COMID-P: l’ouvrage «Complexité des prises en soins à domicile. Guide pour les professionnels de l’aide et des soins à domicile» 4, publié en 2021. Disponible en version papier et électronique, il a été traduit en italien avec la Haute école spécialisée de la Suisse italienne (SUPSI). Il vise à aider les professionnels de l’aide et des soins à domicile dans la prise en charge des situations complexes à travers des éléments conceptuels et des recommandations pour la pratique. La spécialiste – auteure de plusieurs articles scientifiques notamment sur le COMID et le COMID-P 5– assure qu’il ne faut pas avoir peur de la complexité: «Il ne faut ni diaboliser, ni minimiser la notion de complexité. Il faut lui donner son juste sens, en s’accordant tous ensemble sur une définition, sur un outil et sur une façon de pratiquer son repérage et de l’inclure dans une démarche raisonnée à plusieurs – ce faisant, il est tout à fait possible de trouver des solutions pour appréhender les situations complexes.»

Venant moi-même du terrain, il était important pour moi que le COMID soit un outil simple, pertinent, utilisable et utilisé.

CATHERINE BUSNEL

Responsable Unité recherche et développement à l’IMAD

Pour les organisations d’aide et de soins à domicile et les professionnels intéressés, le COMID est disponible sous forme de formulaire sur comid.imad-ge.ch. Une adresse e-mail est nécessaire pour remplir le questionnaire et connaître le résultat de l’évaluation.

  1. HAS. (2014). «Coordination des parcours. Comment organiser l’appui aux professionnels de soins primaires?». Davantage d’informations sur www.has-sante.fr. ↩︎
  2. Cet instrument porte le nom de COMID, car il s’agit de l’acronyme de COmplexité Multidimensionnelle des prises en soins Infirmières à Domicile. Il est disponible en français, allemand, anglais et italien sous comid.imad-ge.ch. ↩︎
  3. Le COMID-P est actuellement disponible en français, uniquement en format papier. ↩︎
  4. Catherine Busnel, Anne Bridier-Boloré, Laurent Marjollet, Olivier Perrier-Gros-Claude (2021). «Complexité des prises en soins à domicile. Guide pour les professionnels de l’aide et des soins à domicile.» Ed. IMAD, Genève. Cet ouvrage peut être commandé en version papier ou téléchargé (aussi en italien) sur www.imad-ge.ch/guide-complexite. ↩︎
  5. Toutes les références aux articles de Catherine Busnel se trouvent sur comid.imad-ge.ch/Home/References. ↩︎

Plus d’articles

Thurgovie, Nidwald et Lucerne: nouveaux responsables

Trois associations cantonales d’aide et de soins à domicile ont récemment annonc...

L’ASD adoucit la «Journée des malades» de ses clientes et clients

Nombre d’organisations d’aide et de soins à domicile (ASD) ont contribué à faire...

Vers une numérisation complète

L’Aide et soins à domicile de Berne a lancé un projet pilote de quatre ans avec ...