«Les soins à domicile offrent une multitude de tâches passionnantes pour les étudiants»

De plus en plus d’organisations d’aide et de soins à domicile forment du personnel infirmier au niveau tertiaire. Spitex Wettingen-Neuenhof AG le fait au niveau Ecole supérieure (ES) et Haute école spécialisée (HES). Un étudiant et une étudiante l’affirment: les soins à domicile offrent un cadre bien plus attractif qu’on ne l’imagine.

Simon Michel, responsable du secteur Formation et développement du personnel, discute du matériel de soins avec Joe Stössel, étudiant ES. Photo: Ursula Staub

KATHRIN MORF. «Il est important de ne pas lutter contre la pénurie de personnel qualifié au détriment de la formation, en employant les étudiantes et étudiants comme s’il s’agissait de professionnels formés», déclare Simon Michel, responsable du secteur formation et développement du personnel de l’organisation argovienne Spitex Wettingen-Neuenhof AG, quand on l’interroge sur la formation en soins infirmiers assurée par son organisation. «Pour que la formation soit de qualité, il faut une équipe de formatrices et de formateurs compétents qui considèrent que la formation permet le développement de l’identité et de la personnalité des étudiants et soutiennent ces derniers dans leur aptitude à se prendre en charge.» Depuis plus de deux décennies, Spitex Wettingen-Neuenhof forme des infirmières et infirmiers au niveau Ecole supérieure (ES), soit au degré tertiaire B. «Dans notre formation ES, nous accordons une importance particulière à la collaboration interdisciplinaire au sein de l’équipe d’aide et de soins à domicile et dans les soins intégrés, à la création de relations professionnelles avec les clientes et clients, à une grande responsabilité personnelle et à la capacité de réflexion», explique-t-il.

L’autonomie dans les soins à domicile appréciée
Joe Stössel, de Endingen (AG), est un étudiant qui profite actuellement de cette approche. Il a fait son apprentissage d’assistant en soins et santé communautaire (ASSC) dans le domaine des soins aigus sans penser travailler un jour dans les soins à domicile. «En cherchant par la suite un lieu de travail qui n’avait pas de service de nuit, j’ai découvert l’Aide et soins à domicile. J’ai ainsi pu constater que, contrairement à ce que je croyais, le travail n’y était pas du tout ennuyeux», raconte le jeune homme de 28 ans. Il a d’abord travaillé comme ASSC pour Spitex Wettingen-Neuenhof AG, puis a rapidement décidé d’entreprendre des études ES en soins infirmiers tout en restant dans les soins à domicile.

Actuellement, il effectue son sixième et dernier semestre à l’Ecole supérieure Santé et Social (HFGSS) d’Aarau. Il est souvent seul lorsqu’il travaille chez ses clientes et clients, mais une formatrice l’accompagne régulièrement pour qu’il puisse mettre en pratique ses nouvelles connaissances. «Pour le moment, je dois me serrer un peu la ceinture, comme c’est le cas pour tous les étudiants. Mais Spitex Wettingen-Neuenhof me verse un bon salaire de formation», explique Joe Stössel à propos des défis liés à sa formation. Les aspects positifs l’emportent néanmoins clairement sur les désavantages: «Beaucoup d’étudiants ES sous-estiment les soins à domicile. L’un des plus grands avantages de ma formation ici est que je suis indépendant dans mes déplacements et je peux prendre des décisions de manière autonome. Beaucoup d’étudiants ignorent aussi que dans les soins à domicile, ils peuvent faire de nombreux pansements et réaliser des traitements de plaies complexes. On y effectue aussi souvent des pansements VAC, des changements de pansements pour une trachéotomie, des thérapies par perfusion ou des dialyses péritonéales.» 1 Afin de bénéficier d’une formation complète, les étudiants ES font aussi un stage d’élargissement et d’approfondissement des compétences dans un hôpital, en fonction de leur formation préalable. «De plus, dans les soins à domicile, les étudiants peuvent développer une vision globale des besoins des clientes et des clients, assumer la responsabilité de nombreux entretiens et clarifications, travailler de manière autonome et être beaucoup en déplacement», ajoute-t-il. «En outre, ils ont le temps de se concentrer sur une cliente ou un client – sans être sollicités par cinq autres personnes en même temps. Et ils apprennent à faire confiance aux précieuses connaissances du personnel soignant – et à se faire confiance.»

La première organisation d’aide et de soins à domicile du canton à proposer un stage HES
«Nous sommes la première organisation d’aide et de soins à domicile d’Argovie à former également du personnel infirmier de degré tertiaire A, c’est-à-dire de ­niveau HES», explique Simon Michel, détenteur d’un ­brevet fédéral de formateur. Depuis février 2023, trois étudiants HES ont déjà effectué un stage chez Spitex ­Wettingen-Neuenhof AG, tous placés par la Haute école zurichoise de sciences appliquées (ZHAW). «Pour ce semestre de printemps, le stage n’a pas pu être pourvu, car la ZHAW n’est pas parvenue à remplir sa filière d’études en soins infirmiers», rapporte-t-il. «Mais le 17 juin 2024, la prochaine étudiante HES commencera son stage chez nous.» Les formations des degrés tertiaires A et B sont similaires sur certains points, explique Simon Michel. «Les infirmières et infirmiers HES apportent toutefois une plus grande expertise pour travailler sur des bases scientifiques», précise-t-il. Pour cette raison, les étudiants HES de Spitex Wettingen-Neuenhof AG ont appris de façon intensive à faire des évaluations cliniques (Clinical assessments). Pour cela, une formatrice a suivi une formation continue spécifique à la ZHAW. «En outre, les étudiantes et étudiants HES participent à la gestion de la qualité, adaptent des concepts sous la supervision d’une infirmière ou d’un infirmier, rédigent des normes et établissent des listes de contrôle.»

Agréablement surprise par les soins à domicile
Brikena Dzeljilji, de Dietikon (ZH), se trouve également au dernier semestre de ses trois années d’études à temps plein, mais au niveau HES à la ZHAW. Ses trois stages lui ont été attribués par l’école – c’est ainsi qu’après avoir été dans une clinique de rééducation et un hôpital, elle a travaillé chez Spitex Wettingen-Neuenhof AG. «Durant mes quatre mois dans les soins à domicile, j’ai découvert un nouveau cadre passionnant», raconte la jeune femme de 23 ans. Elle a particulièrement apprécié la diversité dans les changements de pansements, ce qui lui a permis d’élargir considérablement ses connaissances en matière de gestion des plaies.

L’équipe de formation a toujours été extrêmement serviable et engagée, toujours intéressée à savoir comment j’allais et si j’avais besoin de soutien.

Brikena Xhelili

Étudiante HES

Au début, le travail au domicile des clientes et clients était un défi pour elle, car elle n’avait jamais soigné en étant seule. «Mais je m’y suis vite habituée et j’ai appris à travailler de manière autonome. Les soins à domicile m’ont permis d’évoluer tant sur le plan professionnel que personnel, ce qui me sera utile dans d’autres contextes de soins», explique-t-elle. Même lorsqu’elle était seule, elle ne s’est jamais sentie abandonnée. «J’ai été parfaitement encadrée. L’équipe de formation a toujours été extrêmement serviable et engagée, toujours intéressée à savoir comment j’allais et si j’avais besoin de soutien.» Brikena Dzeljilji recommanderait à d’autres étudiants HES de faire un stage dans les soins à domicile: «Alors qu’au départ j’étais plutôt sceptique, mon stage s’est révélé extrêmement enrichissant. Les soins à domicile offrent une multitude de tâches passionnantes pour les étudiantes et les étudiants.»

Les atouts de la formation ES/HES du point de vue de l’entreprise
Spitex Wettingen-Neuenhof AG, qui a reçu le label «Swiss Employer Award 2024» 2, compte 85 employés. L’entreprise forme actuellement sept ASSC et propose un stage spécifique d’un mois aux futurs ambulanciers et ambulancières ES. «Le canton d’Argovie a une obligation de formation pour les professions de la santé. En 2022, nous avons légèrement dépassé notre objectif avec 102,57%, et ce chiffre devrait s’avérer encore plus élevé pour 2023», remarque Simon Michel. Mais son entreprise ne forme en aucun cas des infirmières et infirmiers uniquement par obligation: «Nous souhaitons aussi contribuer au développement et à la professionnalisation des soins.» Les soins à domicile deviennent de plus en plus complexes et exigeants, et cette évolution peut être particulièrement bien maîtrisée par des infirmières et infirmiers ayant une formation tertiaire (voir article p. 11).

Quiconque aime travailler de
façon autonome et assumer des
responsabilités, relever des défis avec une pensée créative, soigner selon les besoins plutôt que selon un schéma – les études dans le domaine des soins à domicile sont exactement ce qu’il lui faut.

Simon Michel

Responsable du secteur formation et développement du personnel chez Spitex Wettingen-­Neuenhof AG

Face à la pénurie de personnel soignant, il est de plus en plus important pour les organisations d’aide et de soins à domicile d’investir dans la formation du personnel infirmier. «Grâce à une formation proche de la pratique, les étudiants sont préparés de manière optimale aux exigences du secteur des soins à domicile. Et les entreprises profitent de leur motivation et de leur approche scientifique», affirme Simon Michel. Malheureusement, la réputation de l’Aide et soins à domicile en tant que formatrice au niveau tertiaire est restée obsolète et doit être corrigée. «C’est pourquoi Spitex Wettingen-Neuenhof est très présente lors de manifestations et sur les ­réseaux sociaux», conclut-il. «Sur ces plateformes, nous le disons clairement: si vous aimez travailler de façon ­autonome et assumer des responsabilités, si vous faites preuve de créativité pour relever les défis et préférez soigner selon les besoins plutôt qu’en appliquant un schéma, alors des études dans le domaine des soins à domicile sont exactement ce qu’il vous faut.»

  1. «VAC» («vacuum assisted closure-therapy») est un traitement des plaies qui consiste à recouvrir les plaies de manière hermétique. Une trachéotomie est une ouverture artificielle sur la trachée. La dialyse péritonéale (également appelée dialyse du péritoine) est une méthode de traitement de substitution rénale. ↩︎
  2. www.spitex-wettingen.ch/aktuelles/swiss-arbeitgeber-award ↩︎

Plus d’articles

Trente ans d’engagement pour l’ASD et ses magazines spécialisés

Après 31 ans au sein de l’association cantonale d’aide et de soins à domicile de Thurgovie, Christa Lanzicher prend sa retraite. Dan...

«Les soins pédiatriques à domicile nous ont soulagés d’une énorme pression»

En raison d’une mutation génétique rare, Mira, 13 ans, est polyhandicapée. Le service de soins pédiatriques à domicile de la fondati...

Journée ASD: l’AVASAD y a aussi participé

Des organisations d’aide et de soins à domicile de tout le pays ont participé à la Journée nationale Aide et soins à domicile (ASD) du 2 septembre 2023, dont le but était qu’elles se rendent visibles.