Le baromètre CNO 2023 montre la nécessité d’agir face à la pénurie de personnel qualifié

Quels sont actuellement les plus grands défis pour les directrices et directeurs des soins infirmiers, plus particulièrement les Chief Nurse Officers (CNO)? Cette question et d’autres encore sont mises en lumière par le «baromètre CNO», un projet commun de PwC et de Swiss Nurse Leaders.

BARBARA ZOSSO, MARIO DESMEDT, DANIELA BIERI.1 Le «baromètre CNO» le montre: des avancées significatives ont déjà eu lieu dans les soins infirmiers – mais il reste des actions à mener. Le «baromètre CNO» est un projet de la société d’audit et de conseil PwC ainsi que de l’association Swiss Nurse Leaders. Les résultats actuels sont basés sur une enquête menée en 2023 auprès de 129 responsables des soins infirmiers (aussi appelés «Chief Nurse Officers», CNO) de toute la Suisse. 6% des CNO participants proviennent de l’Aide et soins à domicile (ASD) ou d’autres services de soins ambulatoires, 43% des hôpitaux de soins aigus, 11% des établissements médico-sociaux, 10% des cliniques psychiatriques et 5% des cliniques de réadap­tation.

L’étude montre également que la pénurie de personnel qualifié est le plus grand défi pour plus de 85% des CNO interrogés. En 2023, 52% des établissements de santé participant à l’enquête manquaient de personnel infirmier pour gérer la charge de travail de manière satisfaisante – ce chiffre est de 50% pour les entreprises d’ASD (voir illustration). Cela entraîne, dans tous les contextes, des heures supplémentaires pour le personnel infirmier (65%) et une utilisation accrue de personnel temporaire (69%) et/ou de personnel moins qualifié (49%). Il s’agit d’un cercle vicieux: car cela réduit la satisfaction du personnel, le taux de rotation augmente et cela renforce à son tour la pénurie de personnel qualifié.

Solutions possibles et rôle clé des cadres
Les approches suivantes peuvent aider à sortir de ce cercle vicieux:

  • Mesures pour améliorer les conditions de travail (flexibilité des horaires de travail, possibilités de formation et d’évolution, salaires adéquats, etc.)
  • Mesures pour soulager le personnel infirmier (à travers des services logistiques et administratifs, des processus soutenus par le numérique, une meilleure utilisation des capacités, etc.)
  • Reconnaissance du personnel infirmier (à travers une culture plaçant les individus au centre, en encourageant l’indépendance et la responsabilité, en véhiculant une image positive des soins, etc.)

Il ressort clairement du «baromètre CNO» que les cadres infirmiers jouent un rôle clé dans la mise en œuvre de ces solutions. Les cadres connaissent leurs employés et le cœur de métier et peuvent, par un leadership actif et positif dans des processus participatifs avec les ­employés, élaborer et mettre en œuvre des solutions pour améliorer les conditions de travail et soulager les soins infirmiers. Il est important de tirer parti de ces potentiels.

Il est réjouissant de constater que le baromètre ne montre pas seulement des possibilités d’action, mais souligne également que des progrès significatifs ont déjà été réalisés. La majorité des CNO interrogés déclarent avoir mis en œuvre des mesures visant à améliorer les conditions de travail par le passé.

Estimation de la disponibilité du personnel soignant pour faire face de manière satisfaisante à la charge de travail


Le baromètre CNO évalue la disponibilité du personnel pour faire face à la charge de travail de manière satisfaisante.  Illustration: Swiss Nurse Leaders

Pression sur les coûts et orientation sur la valeur
Sans surprise, les CNO désignent la pénurie de personnel qualifié comme leur plus grand défi. La pression sur les coûts arrive en deuxième position. Cependant, en se concentrant sur les données financières, il ne faut pas oublier la valeur et la qualité des soins. Le mot clé est «Value-Based Healthcare» («soins de santé axés sur la valeur»). Tous secteurs confondus, seuls 26% des CNO interrogés indiquent mesurer la qualité des soins sur la base de mesures de résultats rapportés par les patients («Patient-reported outcome measures», ou «PROMs») et d’expériences rapportées par les patients («Patient-reported experience measures», ou «PREMs»). En conséquence, seulement environ un tiers des CNO issus des hôpitaux de soins aigus, de la réadaptation et de la psychiatrie sont satisfaits de la mesure de la qualité. Dans les établissements pour personnes âgées et les établissements de soins, ce chiffre est d’environ 71% – et tous les CNO de l’ASD participants déclarent que la qualité est, selon eux, mesurée de manière adéquate.

Il est souhaitable que les professionnels des soins et les cadres infirmiers s’engagent pour que le système de santé suisse évolue de manière à mettre l’accent sur la valeur pour les patients et les professionnels de la santé et sur la qualité des soins.

Le baromètre CNO peut être téléchargé dans son intégralité sur
www.pwc.ch/fr/insights/sante/barometre-cno-2023.html.

  1. Barbara Zosso est directrice, Mario Desmedt président et Daniela Bieri vice-présidente de Swiss Nurse Leaders. ↩︎

Plus d’articles

Innovations dans les soins psychiatriques à domicile

Ci-après sont mis en lumière quatre projets innovant de soins psychiatriques proposés dans l’environnement habituel des personnes co...

L’Aide et soins à domicile serait nécessaire en cas de catastrophe

Inondation, tremblement de terre ou panne de courant prolongée, toutes ces situations critiques impliquent l’évacuation et l’accueil...

«Merci beaucoup pour votre engagement infatigable»

La chanteuse bernoise Francine Jordi, 46 ans, évoque sa carrière sur scène, une manie peu connue et l’expérience de sa famille avec ...