L’ASD s’occupe des jeunes et moins jeunes

Le thème central du dossier consacré aux 31 % de la clientèle de l’Aide et soins à domicile (ASD) n’ayant pas atteint l’âge de la retraite s’intitule «L’ASD est aussi là pour les plus jeunes». Parmi cette clientèle se trouvent des adultes qui doivent souvent concilier les interventions de l’ASD avec leur activité professionnelle. Mais aussi des jeunes clients et clientes pris en charge avec leur entourage par les soins pédiatriques à domicile ou par le service de consultation parents-enfants de l’ASD. Sans oublier des familles entières ayant des charges multiples qui peuvent également compter sur le soutien de l’ASD.

Près d’un tiers des personnes soignées ont moins de 65 ans

L’image parfois répandue selon laquelle l’Aide et soins à domicile (ASD) ne soigne que des personnes âgées est fausse; 31 % des clientes et clients de l’ASD n’ont pas atteint l’âge de la retraite. La tendance est à la hausse.

KATHRIN MORF. «Je suis régulièrement confronté à l’image erronée selon laquelle l’Aide et soins à domicile (ASD) s’occupe exclusivement des soins de base et de la prise en charge des personnes âgées», déclare Cornelis Kooij­man, co-directeur d’Aide et soins à domicile Suisse. Même dans le secteur de la santé, on est parfois étonné d’entendre que l’ASD prend en charge des personnes de tous âges, y compris celles qui se trouvent dans des situations de soins et d’accompagnement extrêmement complexes. «L’ASD est certes experte en matière de soins et de prise en charge des clientes et clients âgés, mais ceux-ci ne constituent pas notre seul groupe cible», souligne-t-il. Les statistiques nationales indiquent même que la proportion des jeunes clients de l’ASD ne cesse d’augmenter. La «Statistique de l’aide et des soins à domicile» de l’Office fédéral de la statistique (OFS) montre par exemple ce qui suit1:

  • Clientes et clients dans les soins: 37,4 % des 290 260 bénéficiaires de prestations de soins des services d’ASD à but non lucratif avaient au moins 80 ans en 2021. Cette proportion a diminué de 12 % depuis 2011. La part des 65–79 ans a légèrement augmenté, passant de 29,2 % en 2011 à 31,9 % en 2021. En revanche, la part des 20–64 ans a augmenté d’un peu plus de 9 %, passant de 20 % à 29,3 %. La part des 5 à 19 ans a faiblement augmenté, passant de 0,9 % à 1 %, et celle des 0 à 4 ans de 0,4 % à 0,6 %. Si l’on considère la distinction «jusqu’à 64 ans» et «à partir de 65 ans», on constate que 69 % des personnes soignées ont l’âge de la retraite, contre 31 % qui ne l’ont pas. En 2011, ce rapport était encore de 78,5 % et 21,5 %.
  • Heures de prestations de soins: En 2021, 77 % des soins de traitement étaient dispensés par les services d’ASD à but non lucratif aux personnes âgées de 65 ans et plus, contre 86 % des soins de base. Les personnes précédant l’âge de la retraite ont donc proportionnellement plus souvent besoin de prestations de soins plus complexes.
  • Clientes et clients bénéficiant de soutien: Sur les 104 860 personnes ayant eu recours aux prestations d’aide ménagère et d’accompagnement social de l’ASD à but non lucratif, 50,7 % avaient au moins 80 ans. En 2011, elles étaient 46,2 %. En 2021, 28,2 % de ces clientes et clients étaient âgés de 65 à 79 ans (2011: 27,4 %), 15,2 % avaient entre 20 et 64 ans (26,2 %). Environ 0,1 % des personnes bénéficiant de soutien avaient moins de 20 ans en 2021 et en 2011. Additionnés, cela signifie que la part de ces bénéficiaires ayant l’âge de la retraite était de 79 % en 2021 et de 73,6 % en 2011. La part des retraités par rapport à la clientèle totale est par conséquent plus importante pour l’aide à domicile et l’accompagnement social que pour les soins – et elle augmente au lieu de diminuer.
Ramona Zeier, du service des soins pédiatriques à domicile de Suisse centrale, avec Giana (1 an). Photo: Natalie Melina Fotografie

«Communiquer une image réaliste de l’ASD»
Selon Cornelis Kooijman, l’augmentation de la proportion de jeunes clientes et clients peut s’expliquer par la spécialisation et la professionnalisation croissantes de l’ASD. «L’ASD prend en charge toujours plus de cas extrêmement complexes à domicile. Et les soins complexes sont requis par toutes les tranches d’âge, que ce soit en raison d’une maladie, d’un accident ou d’une infirmité», explique-t-il. Cette complexité croissante s’explique par les progrès dans les domaines des soins, de la médecine et de la technique médicale, mais aussi par le principe directeur «l’ambulatoire avant le stationnaire»: les avantages financiers des soins ambulatoires ou les forfaits par cas entraînent notamment une diminution du nombre de lits en milieu stationnaire et des sorties de plus en plus précoces de l’hôpital. «Par ailleurs, tous les prescripteurs et les jeunes eux-mêmes sont de plus en plus conscients qu’ils peuvent faire appel aux services d’ASD», ajoute-t-il. Enfin, l’ASD dispense de plus en plus des soins spécialisés, comme les soins psychiatriques (voir encadré) ou les soins en oncologie. «Et dans ces domaines, la part de la clientèle de moins de 65 ans est nettement plus élevée que dans les soins somatiques, comme le montrent des chiffres internes, non représentatifs, issus du pool de données HomeCareData.»

L’ASD prend en charge
de plus en plus de cas
extrêmement complexes
à domicile. Et les soins
complexes sont requis
par toutes les tranches d’âge.

Cornelis Kooijman

Co-directeur d’Aide et soins à domicile Suisse

Le co-directeur souhaite que l’image actuelle de l’ASD se répande de plus en plus – à savoir que l’ASD soigne et soutient les personnes de tous âges à un niveau hautement professionnel. Cette image réaliste est notamment importante pour que les financeurs prennent conscience de l’étendue et de la complexité des prestations d’ASD. «Car dans les cas complexes, la coordination, par exemple, joue un rôle central. Or, il est souvent ardu de convaincre les financeurs de l’importance des prestations de coordination de l’ASD», explique-t-il. Mais selon lui, il est également important d’avoir une image réaliste pour que les jeunes clientes et clients (potentiels) et tous les prescripteurs considèrent l’ASD comme un prestataire de services compétent. Et pour que l’on sache, sur le marché disputé du personnel qualifié, que l’ASD peut offrir à ses employés un environnement de travail varié avec une clientèle de tous âges. «Pour que cette image réaliste s’impose de plus en plus, l’ASD devrait montrer à tous les niveaux, avec des chiffres et des images à l’appui, qu’elle soigne et soutient les personnes de tous âges de manière hautement professionnelle», demande le co-directeur.

Demande croissante de soins psychiatriques ambulatoires
Dans le domaine des soins psychiatriques ambulatoires dispensés par l’Aide et soins à domicile (ASD), la ­proportion de jeunes par rapport à la clientèle totale devrait être particulièrement élevée. Le bulletin 2/2022 de l’Obsan constate par exemple une hausse des maladies psychiques dans la population, en particulier chez les enfants et les adolescents. Selon l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), le traitement des cas en constante augmentation nécessite davantage de structures ambulatoires et intermédiaires; or, il
existe ici des lacunes. Les services d’ASD ressentent eux aussi cette augmentation des maladies psychiques et le transfert de leur traitement au secteur ambulatoire, indique Ruth Hagen, collaboratrice scientifique ­
au sein d’Aide et soins à domicile Suisse. «Par exemple, de nombreuses organisations de soins pédiatriques à domicile font face à des sollicitations pour des enfants et des adolescents présentant des diagnostics ­psychiatriques. Et beaucoup d’organisations souhaitent mettre en place ou développer les soins psychiatriques.» Mais le personnel spécialisé en psychiatrie reste insuffisant (voir aussi interview avec Helene Meyer-Jenni).

Selon Ruth Hagen, l’ASD pour adultes enregistre également une hausse des demandes de prise en charge
de personnes atteintes de troubles psychiques. «Et les organisations d’ASD ne trouvent que peu de personnel spécialisé – et lorsqu’elles en trouvent, certaines caisses-maladie rendent l’admission plus difficile», ­déplore-t-elle. Enfin, pour que les services d’ASD pour enfants et ceux pour adultes puissent participer plus souvent aux soins psychiatriques, il faudrait que leur financement soit assuré. «Aujourd’hui, il y a
encore trop de refus de remboursement des soins psychiatriques fournis par l’ASD de la part des assureurs.»
Les soins psychiatriques à domicile seront abordés plus en détail dans le «Magazine ASD» 4/2023.


1 Les chiffres de l’Office fédéral de la statistique (OFS) sont relatifs aux 337 629 clientes et clients soignés et accompagnés par les 41 463 employés de l’Aide et soins à domicile à but non lucratif en 2021. Les données sur leur âge sont comparées aux statistiques de l’OFS de 2011. Les chiffres sont arrondis à la première décimale.

Plus d’articles

«Les soins pédiatriques à domicile nous ont soulagés d’une énorme pression»

En raison d’une mutation génétique rare, Mira, 13 ans, est polyhandicapée. Le se...

Comment l’ASD protège et sécurise ses données

La nouvelle loi nationale sur la protection des données est entrée en vigueur le...

«J’admire particulièrement le travail quotidien précieux de tous les soignants»

Le président du Conseil national Martin Candinas, 42 ans, parle de son année en ...