«J’admire particulièrement le travail quotidien précieux de tous les soignants»

Le président du Conseil national Martin Candinas, 42 ans, parle de son année en tant que «premier citoyen», de ses défauts et de l’Aide et soins à domicile.

Magazine ASD: Monsieur Candinas, vous avez ­récemment déclaré à la «Radio Südostschweiz» qu’en tant que président du Conseil national, vous ne pouviez «pas vraiment faire de politique pendant un an». En tant que politicien «pur sang», pourquoi occupez-vous cette fonction?
Martin Candinas: La fonction de président du Conseil national est, à mon avis, l’une des fonctions politiques les plus attrayantes. On peut diriger le Conseil, et donc les sessions, et être responsable du respect de l’ordre du jour du Parlement. La tâche du président du Conseil national – et non la personne – est donc d’une grande importance pour la démocratie. A cela s’ajoutent des tâches de représentation en Suisse et à l’étranger. Je profite de cette année extrêmement passionnante et me réjouis – dans l’espoir d’être réélu en octobre comme conseiller national – de pouvoir ensuite à nouveau faire de la politique avec mon cœur.

Vous êtes politicien et spécialiste en assurances sociales. Y a-t-il un autre métier que vous avez déjà rêvé ou que vous rêvez toujours d’exercer?
Enfant, je voulais devenir répartiteur du réseau ferroviaire et je porte toujours en moi cette fascination pour le monde ferroviaire. Je suis actuellement le fier président de la LITRA, le service d’information pour les transports publics. Celui-ci a contribué à ce que nous ayons aujourd’hui en Suisse un système de transports publics aussi fantastique. Grâce à cet engagement, mon rêve d’enfant se réalise.

Pourriez-vous nous révéler un défaut et un talent?
C’est à d’autres de juger si l’on a un talent ou non. Mon défaut, c’est sûrement que je suis un «casse-pieds» dans certains domaines. Je peux aussi être très direct. Je veux simplement accomplir mes tâches de manière fiable, correcte et ponctuelle. Pour mon entourage, ce n’est pas toujours facile – mais j’espère qu’ils savent à quoi s’en tenir avec moi.

Y a-t-il une personne connue que vous aimeriez rencontrer?
J’admire énormément de gens pour leur travail, leur engagement en faveur de la société ou leur gestion des coups du sort. En revanche, la culture des fans m’est un peu étrangère. Mais durant mon année présidentielle, je serais particulièrement heureux de rencontrer le pape François. Son attitude non conventionnelle et humble fait du bien au monde.

Pour finir, que pensez-vous des soins à domicile?
Les soins professionnels à domicile et les proches ­soignants sont d’une importance capitale, car ils permettent aux personnes malades ou en situation de handicap de vivre de manière indépendante entre leurs quatre murs – un souhait que la plupart des gens nourrissent profondément. Le travail de l’Aide et soins à ­domicile est exigeant et mérite d’être valorisé, ce qui nécessite une formation complète ainsi qu’une rémunération juste. Grâce à mon engagement de longue date au conseil de fondation de l’EMS «Casa sogn Giusep» à Cumpadials (GR), je connais les défis et j’admire particulièrement le travail quotidien précieux de tous les soignants.

Interview: Kathrin Morf

Biographie express
Martin Candinas est né le 20 août 1980 à Ilanz (GR). Après sa maturité, il travaille comme conseiller à la clientèle chez Helsana, suit une formation de spécialiste en assurances ­sociales en cours d’emploi et devient chef de service. Il devient ensuite responsable de succursale. Depuis 2017, il travaille à temps partiel comme Account Manager chez Helsana. Sa carrière politique a débuté en 2001, en tant que membre fondateur et président des Jeunes PDC (aujourd’hui: Le Centre Suisse) Surselva. Il a ensuite été élu, entre autres, au Grand Conseil du canton des Grisons – et en 2011, à l’âge de 31 ans, au Conseil national. Le 28.11.2022, il a été élu président du Conseil national 2022/2023 avec un brillant résultat. Ses mandats comprennent entre autres la présidence de la Litra (service d’information pour les transports publics) ainsi que la vice-présidence du Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB).
Martin Candinas est marié, a deux fils et une fille et vit à Coire (GR). Il parle le romanche (Sursilvan), l’allemand, le français, l’italien et l’anglais. Il consacre son temps libre à sa ­famille ainsi qu’à la randonnée, au vélo et aux sports d’hiver. 
www.martincandinas.ch

Plus d’articles

De nouvelles élections marquent l’AD

L’assemblée des délégués d’Aide et soins à domicile a été marquée par la (ré)éle...

Elle ouvre le monde des contes aux bénéficiaires de soins

Lors de la «Journée des malades» du 5 mars 2023, Gayatri Neumeier rendra visite ...

Nouvelle campagne de promotion du DEP

La Confédération et les cantons ont lancé une campagne en faveur du dossier élec...