Elle ouvre le monde des contes aux bénéficiaires de soins

Lors de la «Journée des malades» du 5 mars 2023, Gayatri Neumeier rendra visite à des clientes et clients de l’Aide et soins à domicile, à Zurich, non comme soignante mais pour une fois en tant que conteuse.

KATHRIN MORF. «Le petit pot» est un conte oriental qui raconte l’histoire d’un pot ambulant qui offre toutes sortes de ­cadeaux à une jeune fille démunie. Ce ­récit très ancien est l’un des préférés de Gayatri Carin Neumeier, 55 ans, infirmière HES au sein de l’organisation d’aide et de soins à domicile (ASD) de Zurich. Et cette quinquagénaire originaire de Bülach (ZH) est en quelque sorte elle-même un de ces petits pots, puisqu’elle apporte des cadeaux particuliers aux personnes bénéficiaires de soins: des contes.

Une fascination remontant à l’enfance
La fascination de Gayatri Neumeier pour les contes remonte à son enfance à Munich. Sa mère lui lisait souvent «Le roi Drosselbart», «Madame Holle» ou «Le petit chaperon rouge». En grandissant, cette fascination s’est toutefois estompée. Gayatri Neumeier a suivi une formation d’infirmière et a vécu en Suisse puis en Italie, où elle a notamment dirigé un centre de séminaires dédié à la méditation, au développement personnel et au travail énergétique. Elle a également travaillé dans une clinique de rééducation au Tessin, où une collègue lui a un jour parlé avec enthousiasme de la Fondation Mutabor, qui se consacre aux contes et à la culture de la narration. Face à cet enthousiasme, Gayatri Neumeier, intriguée, s’est inscrite à un cours d’introduction auprès de la fondation, ce qui a ravivé sa fascination pour les contes. Elle y a ensuite suivi plusieurs formations aux contes et propose depuis du coaching et un travail de recueilleuse de récits de vie à l’aide des contes. «Un jour, j’ai réalisé que les contes voulaient sortir de moi: ils voulaient être racontés», relate-t-elle.

«Depuis 2012, je me produis devant un public et raconte des contes, et ce sans livre ni antisèche, donc sans filet», explique la native d’Allemagne, qui vit à nouveau en Suisse depuis 2011 et travaille depuis 2015 pour l’organisation d’ASD de Zurich. Elle ne se contente pas de raconter les contes populaires bien connus que les frères Grimm ont rassemblés au 19e siècle. Au contraire, elle emmène son public dans un véritable voyage «féerique» autour du monde, en lui racontant des contes populaires orientaux, irlandais ou encore tibétains. Un jour, elle s’est par exemple présentée déguisée en sorcière dans une école maternelle, où un petit garçon lui a demandé avec insistance de lui apprendre à voler. Gayatri Neumeier a alors rendu son pied plâtré de l’époque responsable de son incapacité à voler. «Le garçon était déçu, mais il a compris ma justification», raconte-t-elle en souriant.

La conteuse se produit surtout lors de mariages, de fêtes d’anniversaire et de manifestations dédiées aux contes devant des personnes qui ont quitté leur enfance depuis longtemps. «De nombreux adultes sont également touchés par les contes», précise-t-elle. «Car ces histoires très anciennes parlent de situations de vie, de désirs profonds et de thèmes qui restent d’actualité. Comme la jalousie, la pauvreté, le surmenage, l’absence d’enfants et la recherche du prince charmant. Et les contes présentent des solutions – par exemple, comment trouver le bonheur grâce à des vertus telles que la générosité, le courage ou la discrétion.»

Mon expérience dans le
domaine des soins m’aide à m’impliquer pleinement en tant que conteuse
auprès des personnes ayant besoin de soins.

Gayatri Neumeier

Conteuse et employée de l’ASD

Des contes pour les clientes et clients de l’ASD
Dans le cadre du projet «Sterntaler» de la Fondation Mutabor (voir encadré), Gayatri Neumeier fait aussi plonger de nombreuses personnes malades ou en situation de handicap dans le monde des contes. «Mon expérience dans le domaine des soins m’aide à m’impliquer pleinement dans mon rôle de conteuse auprès des personnes ayant besoin de soins», explique-t-elle. A l’occasion de la «Journée des malades», la Bülachoise s’est produite trois fois en tant que conteuse «Sterntaler» dans des établissements médico-sociaux, financée par des dons. C’est alors que l’organisatrice des actions «Sterntaler» lui a proposé de faire profiter la clientèle de l’ASD de ses contes. Gayatri Neumeier a parlé de cette idée à son coach d’équipe, Roger Bayard, qui a été séduit tout comme le reste de l’équipe. Des clientes et clients de l’ASD de Zurich ont alors été contactés. «J’ai finalement rendu visite à quatre femmes vivant seules ainsi qu’à un couple, et ces rencontres m’ont toutes extrêmement plu – même si elles ont pris plus de temps que nous ne l’avions prévu, car partout j’ai été invitée à prendre le café et à mener des discussions passionnantes», raconte-t-elle en souriant.

Une visite auprès d’une cliente âgée de l’ASD l’a particulièrement touchée. Chez elle, la conteuse a commencé à installer quelques accessoires, comme une scène kamishibai. Avec cette scène miniature qu’elle a construite elle-même, la conteuse présente des images alternées en noir et blanc pour illustrer certains contes. «Vous faites tout cela pour moi», aurait alors dit la dame, émue. «Oui, pendant les trois quarts d’heure à venir, je ne serai là que pour vous», a répondu Gayatri Neumeier.

Un engagement pour l’âme et le cœur
Avant de commencer à raconter sa palette hétéroclite de contes, Gayatri Neumeier s’arrête chaque fois un court instant pour observer comment les yeux de son auditoire «redeviennent des yeux d’enfants et scintillent d’excitation». Elle aime raconter des contes parce que cela lui permet de toucher de nombreuses personnes, de leur proposer des solutions aux défis du quotidien et de stimuler leur imagination. «Et en racontant des histoires, une sorte de bulle d’énergie positive se forme autour de toutes les personnes présentes, créant un sentiment d’appartenance et de communauté. Surtout à une époque où beaucoup de choses se désagrègent, cette expérience est magnifique.»

Comme cette expérience positive est particulièrement précieuse pour les personnes nécessitant des soins, Gayatri Neumeier rendra à nouveau visite aux clients de l’ASD de Zurich lors de la «Journée des malades» du 5 mars 2023. «Les interventions régulières de l’ASD peuvent être tout à fait cordiales, mais elles ne suffisent pas à atténuer la grande solitude de nombreuses personnes», dit-elle. Il faut donc davantage d’offres qui permettent à ces personnes de participer à la vie culturelle et sociale. «En tant que conteuse, j’ai beaucoup de temps pour m’occuper des besoins de mes clientes et de mes clients qui vont au-delà de leurs besoins de soins. Car les contes procurent un sentiment de bien-être à l’âme et au cœur».

Pour plus d’informations sur Gayatri Neumeier et ses offres autour des contes: www.mittenimleben.ch.

La «Journée des malades et le projet «Sterntaler»
La «Journée des malades», dont Aide et soins à domicile Suisse est l’une des organisations partenaires, fait chaque année un geste en faveur des personnes malades et en situation de handicap. Le 5 mars 2023, le slogan sera «Avançons tous ensemble». L’association en charge de la «Journée des malades» met à ­disposition des documents, liens et informations relatifs à ce thème et organise une action d’envoi de cartes postales aux personnes concernées. Des milliers de personnes participeront le 5 mars à des concerts, des visites ou à la journée d’action. Toutes les activités sont répertoriées sur www.journeedesmalades.ch; les organisations d’aide et de soins à domicile peuvent aussi y annoncer leurs actions.
Le projet «Sterntaler» a été lancé par la fondation Mutabor Märchenstiftung de Trachselwald (BE). Celle-ci entend valoriser les personnes qui racontent des contes et faire en sorte que les personnes nécessitant des soins puissent bénéficier de contes. Une cinquantaine de femmes et d’hommes issus des professions de soins et d’assistance sont enregistrés comme conteurs «Sterntaler». Il est possible de réserver leurs services à des tarifs abordables pour des représentations auprès d’adultes et d’enfants malades ou en situation de handicap (informations détaillées: www.maerchenstiftung.ch/de/maerchenerzaehlerin/sterntaler).
Les narratrices et narrateurs sont liés par un code de conduite. «Ils sont par exemple tenus au secret pro­fessionnel», explique Susanna Ackermann, infirmière et conteuse. Elle coordonne les interventions des conteurs «Sterntaler» lors de la «Journée des malades». Et collecte des fonds pour financer ces performances spéciales. Le 5 mars 2023, 20 conteuses et conteurs participeront à l’évènement. «Ce nombre peut encore augmenter», assure Susanna Ackermann. Les donateurs peuvent encore s’adresser à elle, tout comme les personnes intéressées par une heure du conte: susanna.ackermann@bluewin.ch

Plus d’articles

Coopérer étroitement pour des sorties d’hôpital plus précoces 

Dans le cadre du projet «Patient  @  Home» du Centre hospitalier Bienne, les cas de soins aigus seront à l’avenir traités à domicile...

A écouter: Tendre le micro aux soignantes

Sa mère et sa marraine sont infirmières, tout comme l’a été sa grand-mère. C’est donc tout naturellement que la journaliste indépend...

Le pool de données HomeCareData s’ouvre

HomeCareData, d’Aide et soins à domicile Suisse, est désormais à disposition des non-membres.