Découvrir les technologies d’assistance

La fondation pour le logement des personnes âgées de la ville de Zurich a aménagé un appartement permettant de tester des technologies offrant plus de sécurité et d’autonomie dans le grand âge.

KATHRIN MORF. «Avec l’âge, un incident fâcheux peut vite arriver», explique Elsbeth Schmid lorsque les visiteurs pénètrent dans l’«appartement connecté» de la fondation pour le logement des personnes âgées de la ville de Zurich (Stiftung Alterswohnungen der Stadt Zürich; SAW). «Elsbeth Schmid» n’est certes qu’un personnage fictif, incarné par l’actrice Bella Neri dans une vidéo, mais l’octogénaire a un message important à faire passer: les seniors peuvent tirer parti des technologies modernes pour augmenter leur sécurité et leur autonomie à domicile. La technologie peut par exemple éviter de rester allongé au sol sans aide, pendant de longues heures, après une chute.

«Malheureusement, ces technologies ne sont souvent pas acceptées par les personnes âgées», explique Andreas Dreier, responsable Aide et soins à domicile et Service social à la SAW. «Car beaucoup ont des réticences à se frotter à ce domaine.» Pour les surmonter, la fondation a collaboré avec la ville de Zurich, qui encourage l’utilisation de moyens auxiliaires numériques favorisant la sécurité et l’autonomie dans le grand âge dans le cadre de sa «stratégie vieillesse 2035». L’équipe du projet a fait de l’«appartement connecté pour personnes âgées» une réalité. «Ici, les technologies deviennent palpables», explique Andreas Dreier. «Elles peuvent être regardées, touchées et essayées en toute tranquillité – sans être sous l’influence d’un vendeur.»

Les technologies peuvent être regardées, touchées et essayées en toute tranquillité.

Andreas Dreier

Responsable Aide et soins à domicile et Service social à la SAW

Pour ce projet, un appartement de deux pièces a été agréablement aménagé dans un bâtiment ancien et équipé de nombreux moyens auxiliaires numériques axés sur la prévention des chutes. Depuis l’été 2022, 336 personnes ont visité l’appartement [état au 04.02.2023], dont certaines se sont même déplacées depuis Hambourg. «Les seniors sont les bienvenus, mais aussi les professionnels et les proches», dit Andreas Dreier. Au début, les apprentis de la SAW faisaient visiter les locaux; les seniors ont désormais pris le relais. «De nombreux visiteurs sont surpris de voir à quel point les technologies présentes dans l’appartement sont peu visibles et peu perceptibles», rapporte Andreas Dreier. Par exemple, le capteur du lit disparaît complètement sous le matelas d’«Elsbeth Schmid». 

Les technologies présentées
Lors de la sélection des technologies, on a veillé à prendre en compte un éventail d’offres aussi large que possible pouvant être installées dans n’importe quel logement et provenant de préférence de Suisse. «Tous les systèmes peuvent en outre être combinés et programmés de manière hautement personnalisée», relève Andreas Dreier. «L’autodétermination et la souveraineté des données des résidents sont ainsi centrales, et le degré de surveillance s’effectue toujours selon leur libre choix.» Les systèmes suivants peuvent être testés:

Sedimentum (www.sedimentum.com) est une entreprise zougoise dont les détecteurs sont installés dans l’appartement afin d’enregistrer les micro et macro-mouvements. «Ils détectent les chutes et autres situations d’urgence potentielles – par exemple si quelqu’un ne quitte pas la chambre à coucher pendant longtemps. Ils peuvent alors envoyer automatiquement un message d’urgence», explique Andreas Dreier.

Philips Hue (www.philips-hue.com), société néerlandaise, produit des «systèmes d’éclairage intelligents». Dans l’appartement de la SAW, une rampe lumineuse, activée par un capteur de mouvement, mène de la chambre à coucher aux toilettes. Un meilleur éclairage permet en effet d’éviter les chutes.

Alexa est l’assistant vocal de l’entreprise américaine Amazon (www.amazon.de). Il peut être utilisé simplement pour écouter la radio – ou appeler une personne de confiance par commande vocale après une chute.

CARU (www.caru-care.com) est un système d’appel d’urgence zurichois doté d’une station de base qui réagit à la pression d’un bouton et à la voix. Un émetteur portatif y est associé. Il détectera par exemple si la personne qui le porte est tombée à portée de la station.

Siima Solution (www.siima.ch), développé à Bargen (BE), utilise les données des compteurs électriques pour envoyer un appel d’urgence en cas de consommation anormale d’électricité. «Par exemple, les proches seront informés si une personne n’allume pas sa lampe de chevet avant 10 heures contrairement à son habitude», explique Andreas Dreier.

DomoHealth, entreprise lausannoise, propose un système complet (https://domo.health; voir aussi le Magazine ASD 6/2022). Une station de base ainsi que différents capteurs, notamment de mouvement, sont installés dans l’appartement de la SAW. «Le système reconnaît les comportements inhabituels et en informe un nombre de contacts définis», indique Andreas Dreier. Une smartwatch mesure en outre les données vitales et peut envoyer un appel d’urgence avec des données GPS en cas de chute – même en dehors de l’appartement.

Casenio propose aussi des technologies variées (https://casenio.eu). Dans l’appartement de la SAW, on trouve par exemple des capteurs qui enregistrent les débordements d’eau, un réfrigérateur ouvert trop longtemps ou une cuisinière trop chaude. «Et une tablette adaptée aux personnes âgées, qui peut aussi être utilisée pour la vidéotéléphonie et l’échange de photos», ajoute Andreas Dreier. Selon lui, de telles prestations de confort sont utiles pour familiariser les seniors avec les technologies à un stade précoce.

Andreas Dreier montre le capteur du lit qui, comme beaucoup de technologies présentées sur place, n’est pas visible au premier coup d’œil.               Photo: Kathrin Morf

Fin mai 2023, «Elsbeth Schmid» se retrouvera sans abri, car son immeuble devra faire place à un nouveau bâtiment. «Si l’appartement connecté rencontre un succès suffisant, nous trouverons un nouveau lieu pour ce projet qui nous tient à cœur», assure Andreas Dreier. «Après tout, les technologies que l’on peut y expérimenter peuvent apporter une grande sécurité et une grande qualité de vie aux personnes âgées – et ainsi éviter beaucoup de souffrance.»

Situé à Zurich (Espenhofweg 34), l’«appartement connecté» pour personnes âgées de la SAW peut être visité le mercredi de 13 à 16 h et le samedi de 10 à 13 h. Il est demandé de s’inscrire au 044 415 73 33. Plus d’informations sur www.wohnenab60.ch/digitale-alterswohnung

La SAW et son service d’aide et de soins à domicile
La fondation pour le logement des personnes âgées de la ville de Zurich (SAW) compte 156 employés, dont 95 au sein du service d’aide et de soins à domicile (ASD) Zurich SAW. Celui-ci se trouve à disposition de 2301 locataires vivant dans 2121 appartements pour seniors. En cas de chute signalée par une personne ou par la technologie, le service d’appel d’urgence de l’ASD, disponible 24h/24 et 7j/7, peut notamment envoyer une collaboratrice sur place. Cette dernière se précipitera au secours de la personne tombée, évaluera son état de santé et prendra les mesures nécessaires. Le service d’ASD Zurich SAW partage un mandat de prestations avec l’organisation d’ASD de Zurich.         

Plus d’articles

«Sur TikTok, on touche les jeunes»

L’Aide et soins à domicile est peu présente sur TikTok. Les organisations grison...

Trente ans d’engagement pour l’ASD et ses magazines spécialisés

Après 31 ans au sein de l’association cantonale d’aide et de soins à domicile de...

A écouter: Tendre le micro aux soignantes

Sa mère et sa marraine sont infirmières, tout comme l’a été sa grand-mère. C’est...