«Chaque rencontre est une nouvelle découverte»

Président du Conseil national 2023/2024, Eric Nussbaumer est actuellement considéré comme le «citoyen suisse le plus haut placé». Dans cette interview, l’homme de 63 ans originaire de Liestal (BL) parle de curiosité, de faiblesses et donne son avis sur l’Aide et soins à domicile.

Le président du Conseil national Eric Nussbaumer.
Photo: màd

Magazine ASD: Monsieur Nussbaumer, sur votre site Internet, vous vous présentez comme une personne curieuse et vous dites que votre curiosité a largement déterminé votre carrière professionnelle et politique. Comment cette curiosité caractérise-t-elle désormais votre année de fonction en tant que «premier citoyen du pays»?
Eric Nussbaumer: Quand je suis confronté à quelque chose de nouveau, je m’y intéresse foncièrement. Et cela reste vrai en politique. Lorsque j’entends un nouvel argument, j’essaie de comprendre sa justification. En tant que président du Conseil national, tout cela passe un peu au second plan, étant donné que je n’ai pas besoin de tout approfondir – je dois avant tout veiller au bon fonctionnement du travail parlementaire.

Vous n’êtes pas seulement un politicien chevronné. Vous êtes aussi ingénieur électricien et vous avez travaillé comme directeur et conseiller dans plusieurs entreprises du secteur de l’énergie. Avez-vous déjà rêvé d’exercer un autre métier?
A vrai dire, je suis très satisfait de ma carrière professionnelle. J’ai eu l’occasion, à un jeune âge, de reprendre la direction d’une petite entreprise du secteur de l’énergie. Cela m’a fasciné et comblé pendant près de trois décennies. Non – en fait, je n’ai jamais rêvé d’un autre métier, car mon travail m’épanouissait pleinement. Le fait d’avoir toujours pu faire de la politique en parallèle a été un beau corollaire.

Pourriez-vous nous révéler une manie, un défaut ou un talent que le public ignore encore?
En fait, on connaît presque tout de moi, sauf mes faiblesses. En tant que politicien, on ne les cite pas volontiers. Je suis parfois un peu impatient, peut-être aussi un peu trop entreprenant ici ou là. Des talents? Si j’avais un peu plus de niaque, je serais peut-être devenu footballeur de haut niveau ou, si j’avais eu plus de temps, j’aurais rejoint une chorale. Mais tout peut encore arriver.

Biographie express

Eric Nussbaumer est né le 11 juillet 1960 à Mulhouse (F). Titulaire de la double nationalité franco-suisse, il a grandi dans le canton de Zurich et a commencé sa carrière politique en 1992 au niveau communal à Frenkendorf dans le canton de Bâle-Campagne (BL). Membre
du Parti socialiste, il est député au Conseil national depuis fin 2007. Le 4 décembre 2023, l’ingénieur électricien de 63 ans a été élu président de la Chambre du peuple.

Depuis 2015, il vit à Liestal (BL). Il est marié et a trois enfants adultes ainsi que sept petits-enfants. Parmi ses différents engagements, il est actuellement membre du comité de l’Association suisse de politique étrangère (SGA-ASPE) et président du Mouvement européen Suisse (MES). Il est également membre actif de l’Eglise évangélique méthodiste. Par le passé, il a été entre autres membre du Conseil politique consultatif d’Aide et soins à domicile Suisse. Côté hobbys, il pratique le ski, le snowboard, le football (il a été capitaine de l’équipe de football du Parlement jusqu’en 2022), la course d’orientation ou encore le jogging. Il aime aussi chanter.

→ www.eric-nussbaumer.ch

Y a-t-il une personne connue que vous aimeriez rencontrer?
Je suis très heureux de toutes les rencontres que j’ai vécues jusqu’à présent. Chaque rencontre est une nouvelle découverte. Il manque encore Emmanuel Macron – je le rencontrerai peut-être aux Jeux olympiques de Paris. En ce qui concerne les personnages historiques, j’aurais aimé rencontrer Martin Luther King.

Pour finir, comme il s’agit ici du «Magazine Aide et Soins à Domicile», que pensez-vous de l’Aide et soins à domicile?
Mon épouse a passé une grande partie de sa carrière aux soins à domicile. Je sais ainsi très bien ce que le travail quotidien au sein de l’Aide et soins à domicile implique pour les employés. A l’instar de nombreuses personnes, je suis très reconnaissant de l’existence de l’Aide et soins à domicile – et sur le plan politique, nous ne devrions en aucun cas affaiblir l’Aide et soins à domicile.

Interview: Flora Guéry

Plus d’articles

«La perte d’humanité serait un véritable problème»

L’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) et de la robotique semble une...

Apprendre en jouant: des petits pas pour de grands résultats

Depuis 2019, l’Association vaudoise d’aide et de soins à domicile (AVASAD) pilot...