Après l’intervention de l’ASD, il se rend à son travail de nuit

L’Aide et soins à domicile de Landquart (GR) s’occupe d’un homme de 51 ans qui nécessite des soins de plaie. Une visite chez ce client dévoile les particularités des soins prodigués à des clientes et des clients plus jeunes dont certains exercent une activité professionnelle.

KATHRIN MORF. «Auparavant, je ne connaissais que des personnes de plus de 80 ans à qui l’Aide et soins à domicile (ASD) prêtait assistance pour les soins corporels et le ménage. Ainsi, je pensais que l’ASD ne s’occupait que des personnes d’un âge avancé», raconte Mario Gansner, 51 ans, de Landquart (GR). Lorsqu’il apprend qu’il a lui-même besoin de l’ASD, il réalise aussitôt qu’il n’est pas si âgé que cela! Mais reprenons les choses dans l’ordre.

Une longue histoire de maladie
«A l’âge de 20 et 30 ans, j’ai été opéré d’une tumeur au cerveau. Il y a sept ans, tout mon corps a semblé se dérégler. Je souffrais notamment d’une occlusion intestinale, d’une carence en fer et d’hypertension», commence à raconter ce père divorcé de deux enfants adultes, tandis que des poissons nagent tranquillement dans ses aquariums. Après un long congé-maladie, l’ancien technicien papetier et livreur de boissons récupère et commence à travailler comme courtier – jusqu’à ce qu’il fasse une grave chute il y a un an et demi. «Je ressentais de fortes douleurs et pensais m’être cassé le coccyx», raconte-t-il. Mais à l’hôpital, on lui explique qu’il souffre de fistules au niveau fessier. «Je les avais sans doute depuis longtemps, mais la chute les a aggravées», suppose Mario Gansner. Il a depuis été opéré à six reprises. Dès sa sortie de l’hôpital, l’organisation d’ASD de Landquart lui rend visite deux fois par jour pour soigner ses plaies. Six de celles-ci étaient ouvertes, actuellement il n’en reste plus que deux. «Je suis ravi que l’ASD me soigne chez moi», dit-il. Au début, il a certes eu des difficultés à montrer cette partie de son corps aux collaboratrices de l’ASD. «Les infirmières ont néanmoins rapidement levé mes inhibitions avec professionnalisme», dit-il. Désormais, Mario Gansner aime échanger avec les collaboratrices pendant les soins de la plaie, notamment avec Esther Stöckl.

Une clientèle plus jeune source de variété
Infirmière diplômée ES, Esther Stöckl travaille depuis septembre 2021 pour l’ASD de Landquart qui compte au total 94 employés. «La population ne sait malheureusement pas grand-chose du travail de l’ASD. On pense souvent que nous ne prodiguons que des soins de base pour les personnes âgées», appuie-t-elle. Pourtant, Esther Stöckl, qui travaillait auparavant dans un EMS, apprécie justement l’étendue des prestations de soins prodiguées par l’ASD et la diversité des personnes nécessitant des soins. Avec des clientes et des clients plus jeunes, il est notamment plus facile de parler d’intérêts communs et de sujets du quotidien. Leurs soins impliquent par ailleurs souvent des actes techniques plus complexes, ce qui apporte de la ­variété dans le quotidien professionnel. Les enfants, qui vivent parfois au sein des ménages des clientes et clients plus jeunes, peuvent également être à la source de cette variété. «Les enfants peuvent apporter beaucoup d’action lors de mes missions», sourit-elle.

Mario Gansner est soigné par Esther Stöckl, du service d’aide et de soins à domicile de la région de Landquart. Photo: Michael Steck

«Le mieux est d’impliquer les enfants dès le début dans les soins et la prise en charge de leur parent», conseille Michael Widrig, directeur de l’ASD de Landquart. Autre différence entre une clientèle plus jeune et plus âgée selon lui? L’ASD accorde davantage de temps aux personnes âgées pour maintes raisons. «Les jeunes clientes et clients ont parfois des besoins davantage ­affirmés, alors que la génération plus âgée ne veut être un fardeau pour personne», ajoute-t-il.

L’éventuelle activité professionnelle distingue également les deux types de clientèle. «Chez les personnes actives, il faut souvent tenir compte d’autres paramètres familiaux», explique le directeur. L’ASD de Landquart adapte ses plans d’intervention à la situation des personnes actives. «En fin de compte, il est dans l’intérêt général que nous accomplissions au mieux notre mission et que les clientes et clients puissent fonctionner dans leur quotidien», explique-t-il. Les quelques clients actifs ne constituent pas un défi supplémentaire pour la planification des interventions.

Dans la région de Landquart, environ 60 % des prestations sont fournies aux clientes et clients âgés de 80 ans et plus, 25 % aux personnes de 65 à 79 ans et 15 % aux plus jeunes. «Le fait qu’une grande partie de notre clientèle soient âgée n’est pas négatif en soi», souligne Michael Widrig. Il ne faut pas pour autant sous-estimer la diversité du travail de l’ASD. «Nous couvrons par exemple les soins aigus de tous les groupes d’âge et de plus en plus de jeunes ont besoin de notre soutien en raison d’atteintes complexes comme les paraplégies et les tétraplégies», détaille-t-il. Ils partagent cependant un point commun: «Le souhait de rester à la maison est indépendant de l’âge», conclut le directeur.

Se passer bientôt de l’ASD
Mario Gansner apprécie que le service client de l’ASD de Landquart l’aide facilement lorsqu’un rendez-vous privé entre en conflit avec une intervention à domicile, même s’il n’y a que peu de risques de conflit d’agenda par rapport à sa profession: l’homme de 51 ans travaille aujourd’hui dans le cadre d’un programme d’intégration AI chez Saviva Foodlogistik à Landquart. Trois nuits par semaine, il charge durant quatre heures de nombreuses palettes de produits alimentaires dans des camions. Dès qu’on le lui permettra, il souhaite travailler plus de nuits par semaine. «L’été dernier, mon médecin m’a dit que le drain de la plaie pourrait être enlevé en octobre. J’aurais dû lui demander de me préciser de quel mois d’octobre il parlait», raconte le client avec un clin d’œil. Malgré tout, Mario Gansner espère prochainement un rétablissement complet. «J’aimerais pouvoir bientôt reprendre le travail et ne plus avoir besoin des soins à domicile», ajoute-t-il. «Du moins jusqu’à ce que je devienne l’une de ces personnes âgées que je considérais auparavant comme les seules clientes de l’ASD!»

Auparavant, je pensais aussi que l’Aide et soins à domicile ne s’occupait que des personnes d’un âge avancé.

Mario Gansner

Client de l’ASD de la région de Landquart

Plus d’articles

Mise en œuvre de Parachutes

Le projet Parachutes s’est achevé en 2022. Désormais, nombre d’organisations d’a...

«Mon métier est une aventure toujours aussi fascinante»

Heidi Maria Glössner, 79 ans, est une «grande dame» du théâtre et du cinéma suis...

Plus de moyens sont nécessaires pour compenser le renchérissement et améliorer les conditions d’engagement

Les conditions d'engagement dans le secteur des soins doivent être rendues plus ...